Un chômage au plus bas depuis 2012 dans le secteur de la construction.

Fin 2018, 87 648 salariés travaillent dans le secteur de la construction. Après de nombreuses pertes d’emplois dans le secteur depuis la crise, l’emploi augmente pour la deuxième année de suite (+0,7 %). Cette hausse de l’emploi salarié est cependant moins forte qu’au niveau national (+ 1,9 %). En 2018, la hausse de l’emploi dans la construction est portée par la Loire-Atlantique (+ 1,6 %) et la Vendée (+ 2,6 %).

L’évolution du secteur intérimaire est plus forte avec une croissance de 1,6 %. Conséquence, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi en catégorie A, B, C dans les métiers de la construction diminue de 9,4 % sur un an. Fin 2018, 21 540 personnes sont concernées, soit 6,7 % des demandeurs d’emploi de la région. C’est le chiffre le plus bas enregistré depuis mi 2012.

Sur le front de la création d’entreprises le secteur reste également très porteur : 601 entreprises créées au quatrième trimestre, c’est 8,1 % de plus qu’un an auparavant. Sur l’ensemble de l’année 2018, 2 470 entreprises sont créées dans le secteur de la construction, soit une hausse de 9,2 % par rapport à 2017. La moitié de la hausse s’explique par les micro-entrepreneurs. Cette dynamique est semblable à celle observée sur la France (+10,4 %).

En 2018, 27 800 logements sont autorisés dans la région. Après deux années de forte activité en 2016 et 2017, le nombre d’autorisation est en repli de 4,1 % par rapport à 2017. Une baisse moins marquée que celle observée nationalement (- 6,9 %).

L’évolution des autorisations est très hétérogène sur le territoire : dynamique en Vendée (+ 6,3 % par rapport à 2017), en Sarthe et en Mayenne, les autorisations baissent en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire (respectivement – 6,2 % et – 16,7 %).

En 2018, 26 700 logements sont commencés dans la région, chiffre stable par rapport à 2017. Un tel niveau de mises en chantier n’avait pas été atteint depuis 2011. Cette stabilité contraste avec le reste de la France, puisque les mises en chantier reculent de 4 % en France. Les mises en chantier augmentent dans tous les départements de la région sauf en Loire-Atlantique (-5,6 %).

Après une année 2017 historique, le volume de ventes de logements neufs diminue également depuis sans discontinuer. Au quatrième trimestre, la baisse est 18,4 %. C’est le 5ème trimestre de baisse consécutif. Ces ventes chutent de 16,6 % sur un an (contre -1,2 % en France métropolitaine). Cette baisse est exclusivement liée à l’investissement locatif qui représente 2 ventes sur 3 sur la région. Toutefois malgré cette forte baisse, 2018 reste la 3ème meilleure année de vente d’appartements depuis 20 ans derrière 2016 et 2017, deux années records, et ce niveau s’établit 14,4 % au-dessus de la moyenne décennale. Le prix de vente moyen par m2 reste stable en 2018 à 3 574 euros.

Les modifications des aides à l’accession peuvent en partie expliquer ces évolutions, notamment le resserrement des critères d’obtention du PTZ qui a eu lieu en 2018¹ qui a pour conséquence sur la région de voir diviser par plus de 2 le nombre de PTZ au 1er trimestre 2018 et par près de 3 au second trimestre. Sur le 4ème trimestre, la baisse est moins prononcée (-32,3 %). Cette forte chute est la conséquence de ce resserrement à double titre : la baisse du nombre de ménages éligibles depuis et les anticipations de ce resserrement qui ont conduit les ménages à précipiter des décisions d’achat pour en bénéficier fin 2017. Cela a eu pour conséquence de faire considérablement augmenter le nombre de prêts accordés au 4ème trimestre 2017 : près de 4 000 prêts ont été accordés sur ce seul trimestre, soit plus que sur l’ensemble de l’année 2015. Le nombre d’éco PTZ reste en baisse sur 12 mois au second trimestre 2018 (-7,4 %).

Le nombre de logements sociaux financés est stable sur 2018, grâce notamment à un très bon 4ème trimestre (+4,5 % sur un an). Le nombre de logements ayant bénéficié d’une aide de l’Anah pour l’amélioration du parc privé augmente fortement (+48 %) sur le 4ème trimestre. Sur 12 mois, la hausse est de 35,1 %.

La Loire Atlantique n’est plus le moteur de l’activité sur la région

La reprise en 2016 et 2017 était portée par la Loire Atlantique qui était la locomotive de la région.

En 2018 on constate que ce n’est plus le cas : sur 4 indicateurs clefs que sont le nombre de chômeurs de catégorie A,B,C du secteur de la construction, le nombre de mises en chantier de logements, le nombre de ventes de logements neufs, le nombre de prêts à taux zéro accordés, les évolutions constatées sur les 12 derniers mois sont systématiquement moins bonnes en Loire Atlantique que pour le reste de la région.

Sur la période, ce sont les départements du Maine et Loire et de la Vendée qui tirent l’activité régionale.